blog

Le/La diététicien/ne

Les gens ont toujours plus ou moins eu une vision péjorative de la profession, d’une personne qui ne mange jamais de “cochonneries”. Qui n’a jamais entendu « ah mais t’es diet ? Tu dois grave faire attention à tout » ou encore « tu dois pas manger beaucoup de chocolat ou autres »…

Les personnes qui ont ces aprioris voient encore la profession comme elle était il y a quelques années. Mais les temps changent et la diététique aussi.

Je ne dis pas que toutes les diététiciennes ont changé, loin de là. Notre référentiel date de 1997 et n’a jamais été modifié ou du moins très récemment. Nombre d’entres elles sont encore sur ce schéma-là, elles ont toujours connues ça et cela peut être difficile de tout modifier d’un coup.

Je pense fortement que nous avons une profession qui ne peut qu’évoluer avec le temps. L’alimentation, les types de régimes, les découvertes que l’on peut faire sur l’organisme, sur les biens faits de certains aliments, molécules… font que nous sommes obligés d’évoluer avec.

Nous avons un choix de formations à faire après l’obtention du diplôme. Cela peut prendre plusieurs années pour avoir une connaissance assez importante pour pouvoir prendre en charge le plus de pathologies possible.

Certaines se spécialisent sur telle ou telle prise en charge, d’autres préfèrent toujours en apprendre plus. Cela dépend de chacun et de ce qu’il veut faire de ses connaissances.

Trop coûteux  pour beaucoup. Je peux comprendre cela, c’est vrai qu’une consultation qui varie entre 30 et 50€ tous les 2/3 mois (plus ou moins en fonction du besoin) peut avoir un impact sur les revenus. Quand on y réfléchit bien, cela peut être vu comme un investissement pour notre santé.

Imaginons que quelqu’un ne sente pas bien dans son corps, a une pathologie quelconque mais se voile la face. Cette personne ne veut pas dépenser d’argent dans des consultations. A côté de cela, elle dépense beaucoup dans la nourriture, dans le shopping, dans des séances diverses pour essayer de perdre du poids par je ne sais quel miracle. Si elle se décide un jour d’aller voir une diététicienne, il faudra qu’elle fasse des efforts.

Peut-être que pendant 2/3 mois ce sera très dure pour elle. Mais par la suite ? Si elle se sent mieux ? Si elle n’a plus besoin de faire ces dépenses superflues ? N’aura-t-elle pas gagner en estime de soi ? En confiance ? Au final ne dépensera-t-elle pas moins d’argent ?

Tout cela est vraiment une question de point de vue, comment vous-voulez dépenser votre argent,  quel mode de consommation voulez-vous adopter ?

Alors pensez à vous, prenez soin de votre corps et remerciez le pour tout ce qu’il a déjà fait pour vous ♥

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *